Courban d’hier

samedi 26 juillet 2003
par  Yann
popularité : 11%


Généralités
Le Village
Fontaine publique
Voies de communication

Physionomie générale du territoire

Histoire Locale
Description de l’église
et des monuments qui ont un intérêt historique ou artistique.


Généralités

Etymologie du nom de la localité. Renseignements divers
et géographiques Situation - Superficie Lieux-dits - Buttes celtiques
Curiosités naturelles Physionomie générale du territoire
- Cours d’eau Collines - Plateaux.

COURBAN nous parait dérivé de Curtis,
qui a eu quelques fois la signification de station sans terre, et
d’autre fois le sens plus précis de village.

Ce terme est d’ailleurs très souvent employé comme préfixe
dans le vocabulaire géographique, et d’autre part, dans beaucoup
de noms de lieux, il sert de suffixe.

Assez communément le nom du propriétaire a été
joint au nom qui exprime le genre de terrain possédé La finale
ban devrait, dans ce cas, son origine au nom du premier propriétaire
gaulois ou romain qui aurait possédé cette terre.

En l’absence de textes anciens, il est bien difficile d’établir
une origine exacte et indiscutable, un rapport certain entre la forme actuelle
et la forme primitive ; on ne peut agir dans ce cas qu’avec une extrême
prudence.

Selon d’autres, Courban (Curva vallis - d’où Curvan
- puis Corban, et enfin Courban) devrait son nom a sa position
géographique.

Situé sur le plateau qui sépare les deux bassins secondaires
de l’Ource et de l’Aube, affluents directs de la Seine,
ce village est bâti au pic de la chaîne de collines qui, prenant
naissance dans le département de l’Yonne, se déploie
dans toute la partie nord de l’arrondissement de Châtillon sous forme
de mamelons échelonnés au pied desquels on voit se dérouler
successivement de charmants villages, et se poursuit avec le même
aspect dans le département de la Haute-Marne, où elle
vient s’adosser au plateau de Langres.

Le monticule qui domine Courban est séparé de celui de
Bissey-la-Côte par un vallon courbe (vallon d’Epailly) assez étroit
Il n’a qu’une hauteur de 70 m environ, mais les versants en sont assez
rapides, et dans certaines parties très pittoresques.

Ecusson du village reconstitué à partir
de son histoire

  • Altitude

Le village 260 m - La ferme d’Epailly 246 m - La ferme du Souhy 267
m - La chapelle St Anastase 320 m - La Montagne 330 m - La gare 260 m Chemin
de Vanvey (à l’intersection de ce chemin et de la voie romains)
278 m.

  • Dépendances

De la commune de Courban dépendent deux fermes très importantes
et favorablement connues :

  • La lère, la ferme d’Epailly (Espalliacum, 1234 - Titre du grand Prieuré de Champagne) à 2 km à l’ouest de Courban, est une des plus importantes du Châtillonnais Elle comprend plus de 300 hectares en prairies naturelles et terres labourables dont une partie dépend du territoire de Bissey-la-Côte, village voisin. Cette ancienne commanderie des Templiers, revenue à la Nation, lors de la Révolution, a été acquise successivement par H Chauvot, moyennant 100 000 fr, par M Chappuis, moyennant 235 000 fr, et enfin, en 1886, moyennant 125 000 fr par M Terrasson, qui, l’an dernier, y a ajouté d’importantes constructions et apporté d’intelligentes améliorations.
  • La 2ème, la ferme du Souhy (Seîî, 1232 - Titre du grand Prieuré de Champagne), à 2 km aussi, mais à l’est de Courban, comprend 72 hectares environ. Bien moins importante que la première, mais non moins recherchée à cause de sa fertilité, de sa situation agréable et des facilités de toutes sortes que l’on y rencontre pour l’exploitation, elle appartient à M Dumas de Salvère.

Façade la mairie de Courban

Le Village

Le village est édifie à
la base du versant sud du mamelon dont nous avons parlé plus haut
et au pied de la courbe qu’il décrit et que rend plus prononcée
encore une échancrure sur le flanc.
La grande rue le traverse du nord au sud, mais par des sinuosités
que n’a pas vérifiées Le plan d’alignement En pente douce
dans la partie nord, elle conserve un niveau à peu près régulier
dans toute la partie sud traversée par la route nationale de Châtillon
à Langres Sur cette grande rue viennent aboutir, en lignes à
peu près perpendiculaires, sept rues secondaires dont trois à
droite et quatre à gauche


Vue aérienne du village

Sa population est essentiellement agricole, il possède des habitations
très habilement aménagées pour une bonne exploitation
rurale les bâtiments de ferme, en général vastes, bien
aérés et très proprement tenus sont d’un charmant
effet ; ça et là, quelques maisons bourgeoises contribuent
encore à rehausser cet aspect séduisant du village, que tous
les visiteurs s’accordent à lui reconnaître.


Vue de la place de village lors de la dernière guerre

Mais Courban n’a pas toujours été ce village propre et
coquet. Des maisons basses et étroites, dans lesquelles était
entassée une population beaucoup plus forte que celle d’aujourd’hui,
des rues tortueuses, étroites, mal entretenues, toujours humides ;
des mares où séjournait l’eau des égouts qui ne pouvait
trouver son écoulement naturel, des fossés d’enceinte abandonnés
dans lesquels venaient s’amasser les détritus et les immondices
tel est le bien triste tableau de ce qu’il était, d’après
les anciens, au commencement de notre siècle.


Vue de la Place du village dans les années 50

Ce n’est guère qu’en 1832, alors que le choléra a sévi
sur quelques communes voisines, que la Municipalité a compris qu’il
était important de procéder à l’assainissement des
rues Dans deux délibérations prises à quelques jours
d’intervalle, le Conseil reconnaît "que les fossés pratiqués
à l’entoure du village sont très mal entretenus, que l’écoulement
des eaux ne peut se produire et qu’elles couvrent une partie des rues dans
lesquelles la circulation est rendue impossible et il demande qu’il soit
procédé à des études d’assainissement".


Une vue de la route de Chaumont

Les choses restèrent dans cet état longtemps encore, et,
en 1854 le choléra exerça ses ravages dans la commune de
Courban, enlevant plus de cinquante habitants sur une population de 460,
soit 1/9ème environ.

C’est à partir de cette époque que les travaux d’assainissement
ont été effectués, et, depuis une période de
dix-huit ans, une administration intelligente, laborieuse, éclairée,
soucieuse du bien être général, préside aux
destinées de la Commune, aussi le village a-t-il complètement
changé d’aspect.


Vue de la Place du village dans les années 60

Des plantations d’arbres ont été faites sur l’emplacement
des anciens fossés que l’on a comblés, nivelés et
transformés ainsi en promenades publiques ; des fossés souterrains
pour l’écoulement des eaux ont assaini les rues ; enfin une prise
d’eau, faite récemment dans la partie nord du village, alimente
des bornes fontaines réparties de distance en distance et qui procurent
aux habitants la plus grande partie de l’eau dont ils peuvent avoir besoin ;
le complément est fourni par trois puits communaux dont un est situé
sur la place publique et les deux autres à chaque extrémité
du village.

Fontaine publique

A l’extrémité Nord du village se trouve une fontaine assez
intéressante par l’originalité de la construction, de date
immémoriale.

Cette sorte de grotte très solidement voûtée comporte
trois parties principales :

  • un bassin de 10 mètres superficiels environ recueille les eaux qui descendent de la montagne par des voies souterraines.
  • elles sont amenées par une rigole pratiquée dans une galerie voûtée de 15 m de longueur sur une hauteur et une largeur de 1m,50.
  • Dans la troisième partie qui constitue le lavoir communal, simple filet d’eau de quarante centimètres environ de largeur.

La couverture en beaux pavés rectangulaires ne dépasse
guère le niveau du sol avoisinant. L’eau y manque rarement et nos
ménagères s’accordent à lui reconnaître de grandes
qualités ; aucune autre ne saurait, paraît-il, donner à
leur linge une blancheur aussi éclatante.

Quoiqu’il en soit, on a toujours attribué à cette eau
des vertus merveilleuses. La tradition rapporte qu’on se rendait à
cette fontaine, à certaines époques de l’année, et
même des pays voisins, en pèlerinage religieux pour implorer
les bénédictions célestes et obtenir certaines guérisons
miraculeuses.

A quelques centaines de mètres de la ferme d’Epailly sur la limite
du bois dit "de la Fontaine", appartenant à M Maitre coule
une autre source, mais moins importante, "La Comotte" que l’on
a renfermée aussi dans une construction rappelant, mais dans de
plus petites proportions, celle dont nous venons de parler.

Les eaux de ces sources et celle des fosses de drainage descendent par
un large fossé sur la ferme d’Epailly où elles se réunissent
pour former à un kilomètre environ au-dessous de cette ferme,
"le Rupt", ruisseau qui descend sur Riel-les-Eaux et va rejoindre
l’Ource.

Voies de communication

Chemin de fer.

La ligne de chemin de fer de Nuits-sous-Ravières à Chaumont,
par Châtillon-sur-Seine, reliant les deux grandes lignes des compagnies
P L M et Est, traverse le territoire ; une station, située en face
et à 500 m environ de Courban dessert en même temps les deux
villages de Louesme et de Bissey, dont elle n’est que peu éloignée
(inauguration en 1869).

Route nationale.

Une route nationale (maintenant départementale D965) de Châtillon
à Langres (route de Neufchâteau à Bonny-sur-Loire)
a été construite de 1820 à 1825 ; elle traverse tout
le territoire, de l’Ouest à l’Est et le village lui-même dans
sa partie Sud. Les seuls travaux d’art que l’on ait à signaler sont
les deux ponts édifies lors de la construction de cette route aux
deux portes du village la porte de Châtillon et celle de Langres.

Chemins vicinaux.

Des chemins vicinaux unissent Courban aux quatre villages voisins

  • Celui de Riel-les-Eaux, construit de 1841 à 1845 ;
  • Celui de la route nationale à Louesme, en 1848 ;
  • Celui de Courban à Louesme par la gare en 1879-80 ;
  • Enfin ceux de Vanvey et de Bissey en 1884

Le développement total des chemins vicinaux est de 12 km 664
m sur le territoire de la commune.

Physionomie générale du territoire


La promenade la plus pittoresque du village est sans contredit le "sentier
de la Côte" qui conduit en "Choran" à la "Comme
au Rond" et aux "Champs de la Jeunesse", ainsi appelés
parce que les jeunes gens du village aimant à se rendre sur ces
vertes pelouses ombragées de petits bosquets pour y prendre part
aux jeux et aux divertissements de leur âge. Les anciens du village
racontent encore, avec une émotion bien naturelle, les souvenirs
intéressants de cette époque déjà loin de nous
pendant laquelle ils se livraient à leurs ébats joyeux avec
cette ardeur traditionnelle qui forme le fond de leur caractère.

Les Vignes

Les vignes existent de temps immémorial sur les versants Sud
et Est du mamelon mais elles donnent un vin à peine potable et ne
sont que d’un très faible rapport ; aussi les délaisse-t-on
de plus en plus.

"La Montagne"

"La montagne" comporte une bordure de terres labourables,
de composition calvaire à l’ouest et sablonneuse à l’Est,
ne produisant que de médiocres récoltes, mais qui convient
spécialement à la culture de la pomme de terre. Les résineux
y réussissent parfaitement et on ne saurait trop engager les cultivateurs
à utiliser ces vastes propriétés en les plantant en
pins et en sapins. Ainsi, on peut déjà admirer une magnifique
plantation de 15 hectares environ, âgée de 35 ans, et connue
maintenant sous le nom de "Bois Poignot".

Les Bois et Forêts

Plus au Nord s’étend une forêt comprenant une partie des
bois communaux et d’autres dépendant anciennement de la commanderie
d’Epailly, qui, après avoir appartenu pendant quelque temps à
la Nation, ont été vendus par elle et acquis par M Edouard
Maître. L’autre partie des bois communaux, au Sud de Courban, comprend
"Les petits bois" et "Les Vrilles" . L’essence dominante
dans toutes ces forêts est le chêne, mais on y rencontre aussi
le hêtre, le tremble, le charme, le cornouiller, etc.

Deux grandes friches communales ont attiré l’attention de l’administration
forestière :

l’une, "Châron" est reboisée depuis quatre vingts
ans et l’autre, la "Grande Charme", vient, depuis dix ans, d’être
plantée en résineux et se repeuple graduellement de toute
essence de bois par semis naturels.

Les Terres

La partie Sud, sud-est et Sud-ouest est de beaucoup la plus fertile
La terre calcaire sablonneuse ou calcaire argileuse se prête admirablement
à la culture des céréales et de plantes industrielles,
surtout à celle de la betterave.

L’agriculture

L’agriculture est en honneur dans la localité, et, fait digne
de remarque, à une époque où l’émigration des
campagnes vers les villes se produit malheureusement partout, des jeunes
gens sortis des écoles spéciales d’agriculture cultivent
leurs domailles, donnent l’élan, introduisent dans le pays une cultures
raisonnée d’après des théories précises et
contribuent ainsi au développement du progrès agricole et
des richesses locales.

Répartition des terres

Le territoire présente une superficie totale de 1762 hectares
se décomposant ainsi :

&nbsp

1 ère classe

44 h 12,38

&nbsp&nbsp

4,1 de 1’ère

&nbsp

2ème classe

199 h 55,27

&nbsp&nbsp

8,6 de 2ème

Terres

3ème classe

372 h78,07

1074h 42a92

Proportion %

34,6 de 3ème

&nbsp

4ème classe

183 h 69,40

&nbsp&nbsp

17,1 de 4ème

&nbsp

5ème classe

274 h 27,80

&nbsp&nbsp

25,6 de 5ème

&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp

Total 100 %



Chènevières, jardins et vergers :

16 63 68

Prés et pâtures :

29 76 25

Vignes :

28 13 05

Bois :

5 24 23 70

Friches et broussailles :

53 17 50

Edifices communaux :

20 55

Cours et maisons :

5 08 40

Chemins et places publiques :

30 84 50

Mares :

2 40

Total :

1762h 52a 95c

En 1833, lors de l’établissement du cadastre, cette contenance
était divisée en 7735 articles, ce qui portait pour chacun
d’eux une contenance moyenne de 22a 75, mais cette moyenne n’est pas celle
de l’exploitation agricole proprement dite, car, pour l’obtenir, nous faisons
entrer en ligne de compte, d’un côté, 524 hectares de bois
ne formant que dix articles ; et d’un autre côté, des friches,
des broussailles, etc., qui ne rentrent pas dans le domaine agricole réel.

Pour donner une idée exacte du morcellement du sol, il importe
de calculer spécialement sur les terres de la 1ère à
la 5ème classe, soit sur 1075 h environ. Or, la ferme du Souhy se
compose de 72 h sur Courban 72 h, celle d’Epailly " 62 " 62 h
134 (Plus 240 h sur Bissey-la-Côte).

Si nous retranchons l’étendue de ces deux fermes de la superficie
totale, il nous reste 941 ha répartis entre les propriétaires
de la Communs et divises en 6000 articles environ, ce qui donnait pour
chacun d’eux, une contenance moyenne de seize ares environ.

Mais depuis 1834, des mutations importantes sont survenues ; si quelques
uns de ces articles ont été partagés, beaucoup de
propriétaires, soit par échanges, soit par acquisitions,
ont réuni des parcelles contigus, et on peut estimer que le nombre
de ces parcelles s’est abaissé aujourd’hui à environ 4000
(avec une diminution de 1/3) ; ce qui donnerait pour chacune d’elles une
moyenne de 23 ares environ.

Cette moyenne est loin d’être suffisante pour permettre aux cultivateurs
de se servir de machines agricoles perfectionnées faucheuses, moissonneuses,
etc., et les travaux de fenaison et de moisson, ces derniers surtout, sont
toujours exécutés à bras, soit par des ouvriers du
pays, soit par des étrangers que les cultivateurs se procurent dans
les localités où la culture de la vigne permet aux manoeuvriers
de s’absenter pendant les mois de Juillet et août (Grancey-sur-Ource,
Autricourt, Mussy, etc.).

Le morcellementde la propriété a eu ses avantages dans
la première partie de ce siècle ; il a engendré l’attachement
du paysan au sol natal ; il a accru notablement l’importance de la production ;
il a permis de mettre en valeur une foule de terrains qui n’étaient
pas cultivés ; mais les conditions de vie ont bien changé
depuis cette époque.

Lescultivateurs se sont créés de nouveaux besoins pour
les satisfaire, il leur faut des ressources plus importantes, qu’ils ne
peuvent trouver que dans le développement bien compris de leur exploitation ;
or, le morcellement est un obstacle matériel à toute conception
d’amélioration culturale ; il interdit toute idée sérieuse
de drainage, d’irrigation, etc., il ne s’adapte guère à l’emploi
des machines et des instruments perfectionnés ; il est incompatible
avec l’élevage du bétail et par conséquent avec la
production des engrais ; et surtout, il nécessite un emploi du temps
en pure perte, qui mine la petite culture.

Si c’est un devoir pour tous de respecter et de conserver ces biens
que nous ont transmis nos ancêtres, il n’est pas nécessaire
de le remplir au détriment de nos intérêts particuliers
et de l’intérêt général : le développement
de l’instruction et le bon exemple donné par les propriétaires
les plus intelligents réussiront à triompher des préjugés
que l’ignorance a fait naître et que l’esprit de routine entretient.

Malheureusement, quelques uns de nos cultivateurs ne comprennent pas
encore que par des échanges intelligemment faits, ils peuvent réunir
des parcelles et en former des propriétés dont la culture
serait plus facile et en même temps plus productive.

Lorsque cessera leur obstination à refuser les échanges
qui leur sont proposés dans un intérêt commun, un grand
pas sera fait dans la voie du progrès agricole.

Cet état de malaise dans lequel végète aujourd’hui
la petite culture a fait depuis quelque temps subir aux terres (et surtout
à celles des dernières classes) une grande dépréciation
de valeur. Les terres de 1’ère et de 2ème classe perdent
en moyenne 1/5¡, celles de 3¡ 1/3 ; celles de 4ème et
de 5ème, plus de moitié. Vers 1850, on comptait 4 machines
à battre seulement dans la localité.

C’est à cette date qu’il faut placer l’introduction de la culture
de la betterave fourragère à Courban. Importée ici
et recommandée par M Godin, cultivateur à Châtillon,
cette culture a bien vite prospéré et tend toujours à
s’accroître.

Histoire Locale

Essai d’histoire locale, depuis les temps les plus reculés jusqu’à
1789.

(Texte des documents déposés à la Mairie. Liste
des seigneurs de la localité).

Au lieu dit "Champ Morvau, territoire de Courban, on a découvert
les vestiges d’une ancienne construction romaine, dont on peut encore retrouver
les fondations.

Le pave était en mosaïque et un tuyau de plomb de 1 m de
longueur a été trouvé entre les murs des fondations
Cette découverte a été faite par un propriétaire
de la Commune, M Michelot, qui ne se proposait que d’enlever quelques pierres
le gênant pour la culture de la propriété. Aucune fouille
n’a été faite depuis, il est donc bien difficile de dire
ce que pourrait être cette construction- A quelque distance de cet
endroit se trouve un puits très profond.

Il y a une vingtaine d’années, un autre propriétaire de
la localité, M Tridon, qui ne s’expliquait pas pourquoi les charrues
venaient s’émousser sur des pierres dans un de ses champs, lieu-dit
"Les Sulliers", section B n° 1209, entre Courban et Epailly,
voulut se rendre compte et fit quelques fouilles. Il eut bientôt
mis à découvert un caveau de 4 m de long, 3 m de large et
2 m de hauteur environ, au fond duquel on descendait par un escalier en
pierres de taille. Il n’y trouva rien d’intéressant, sinon un collection
de marteaux, deux hallebardes et un glaive qui semblaient avoir été
laissés là à l’abandon, et dans un des angles des
morceaux de minerai de cuivre et de plomb, et un lingot d’un métal
ressemblant assez à de l’argent, mais qui n’était, paraîtrait-il,
qu’un alliage sans aucune valeur et qu’il a cède, moyennant 10 f,
à un antiquaire de passage dans la Commune.

La vois romaine de Langres à Auxerre traverse le territoire et
sert actuellement de chemin rural, elle est encore assez bien conservée
en certains endroits ; mais, dans d’autres, le mur romain a été
fouillé par les propriétaires des champs voisins, qui en
ont extrait de belles pierres pouvant encore être employées
dans des constructions.

L’établissement des Templiers à Epailly remonte au XIII
ème siècle En 1224, le Seigneur de Chacenay cède à
cet ordre tout ce qu’il possède à Courban, en "hommes,
justices, terres, prés, eaux, pâturages et autres".

En 1235, le seigneur de Noyers fait donation aux Templiers d’Epailly
de tout ce qu’il pouvait avoir "aux villages de Bissey-la-Côte,
Bissey-la-Pierre, Louesme et Courban, "tant en hommes, terres, prés,
bois, justice, cens et rentes".

Enfin, la même année, Brice de Caline leur fait abandon
de tout ce qu’il possède au Souhy.

A cette époque, il existait non loin d’Epailly, un monastère
de filles dont on retrouve encore quelques vestiges, lieu-dit "La
Combe aux Nonnes ; mais cet établissement a disparu lors de la suppression
de l’ordre des Templiers (1307).

La terre d’Epailly passa alors aux mains des Frères Hospitaliers
de St Jean de Jérusalem.

C’était un de ces nombreux bénéfices appelés
"membres", dont les revenus n’étaient pas suffisants pour
être classés parmi les "commanderies".

D’après des renseignements puisés dans une histoire de
Malte par Louis de Boisgelin, chevalier de cet ordre, le revenu de toutes
ces possessions en France, alors que l’ordre fut établi, montait
à 4 760 753 livres tournois.

Epailly était rattaché au Grand prieuré de Champagne,
qui comprenait :

  1. Une commanderie magistrale Metz ;
  2. 17 commanderies ordinaires ;
  3. 6 autres affectées aux chapelains et servants d’armes de la Langue de France, parmi lesquelles Dijon

Des comptes établis en 1544, il résulte que la Commanderie
d’Epailly disposait à cette époque d’un revenu de 20 000
livres environ.

Description de l’église et des monuments qui ont un intérêt historique ou artistique.

L’église, sous le vocable de la Ste Trinité, date du XIII
ème siècle ; elle a été édifiée,
dans le style ogival flamboyant, par les Templiers, lors de leur installation
à Epailly.

Des réparations ont été exécutées
et la grande nef a été prolongée de dix mètres
environ au XVI¡ siècle ; depuis quelques années, cette
nef menaçait ruines et l’accès en avait été
interdit L’administration municipale vient de faire procéder à
sa reconstruction en la réduisant à ses dimensions premières.

On ne peut que féliciter le Conseil Municipal d’avoir respecte
l’antiquité de ce monument la belle porte géminée,
formant l’entrée principale, a été reconstruite telle
qu’elle existait et des réparations ont été très
intelligemment faites dans les sculptures détériorées.


Notre église Sainte Trinité

Une plaque de marbre scellée dans le mur près de la chapelle
St Nicolas porte cette inscription en belles lettres gothiques.

Monin de Coblâc et Isbamine, sa femme firent faire cette chapelle,
au nom de Monseigneur Saint-Jacques de Galice, l’an 1409 Priez pour eux
).

Au pied de la chapelle de la Vierge, existe une tombe dont nous reproduisons
l’inscription d’autre part :


Sources : Les cahiers du Châtillonnais


Brèves

10 mars 2012 - News Blender....

Des news dans la partie blender du site.... parce que mine de rien je progresse un peu B-) la (...)

26 octobre 2011 - Carte de visite avec FPDF

Créez vos cartes de visite en ligne avec FPDF et ClasseForms fpdfcvisite

9 octobre 2011 - Programmation NDS avec PALib

Programmation NDS avec PALib : programmation d’un début de Shoot Them Up Programmation (...)