Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/33/d411990001/htdocs/spip/config/ecran_securite.php on line 283
Subversion et LaTeX - Ian’s Web Page

Subversion et LaTeX

samedi 7 octobre 2006
par  Yann
popularité : 4%

Documents
PDF - 155.5 ko
Fichier PDF de l’article

Subversion pour LATEX

  Y. Morère

 Octobre 2006

Résumé

Cet article présente brièvement l’utilisation de subversion dans un cadre très précis : Avoir ses documents/projets toujours à jour au travail et à la maison sans passer par une clé usb, ou une archive que l’on déplace sur une machine.

Tables des matières

1 Introduction
2 L’existant
3 Subversion
4 Notions générales
 4.1 Dépôt (repository)
 4.2 Projets
 4.3 Copie de travail (working copy)
 4.4 Révisions
 4.5 Opérations
 4.5.1 checkout
 4.5.2 import
 4.5.3 update
 4.5.4 commit
5 Installation sur Debian
6 Installation sur Gentoo
7 Principales commande de svn
8 Gestion d’un projet/document LATEX
 8.1 Création du dépôt (repository)
 8.2 Préparation/importation des projets/documents dans svn
 8.3 Création de la copie de travail
 8.4 Ajout d’un fichier au projet
 8.5 Mise à jour du dépôt (révision)
 8.6 Effacement de fichier
 8.7 Exclusion des fichiers inutiles
 8.8 Information sur la copie de travail
 8.9 Revenir en arrière
 8.10 Résoudre les conflits de la copie de travail après une mise à jour
 8.11 Création d’une « release » d’un document
9 Gestion des utilisateurs
10 Gestion de droits des groupes et projets
 10.1 Configuration de svnserve.conf
 10.2 Configuration de authz
11 Ce que cet article ne traite pas
12 Conclusion

1 Introduction

Comme je désire travailler chez moi et à l’université sur mes documents, il faut que je puisse les mettre à jour d’un coté et de l’autre d’une manière simple et rapide. Je dois aussi tenir compte de l’infrastructure réseau mise en place à l’université et notamment de la politique de sécurité qui impose un minimum de ports ouverts vers l’extérieur sur les machines clientes.
Ainsi dans mon bureau (université), ma machine de travail ne possède aucun accès depuis l’extérieur (elle fait fonctionner nombres de services qui sont autant d’attaques potentielles), par contre une autre petite machine possède uniquement un accès SSH (port 22) depuis l’extérieur. Ceci me permet de me connecter sur ma machine de bureau depuis chez moi.
Le schéma suivant résume bien la situation au niveau du réseau.
Je vais donc utiliser ce seul accès par le port 22, pour effectuer mes synchronisations.
Figure 1 : Infrastructure du réseau

2 L’existant

Jusqu’à présent, pour maintenir des versions à jour sur chaque machine, j’emportais une archive du répertoire des documents/projets sur une clé USB, ou je le déposais via scp sur la machine intermédiaire visible de l’extérieur.
Mais cela peut se réveler long, et souvent, seulement quelques fichiers ont besoin d’être mis à jour. Ce qui est donc une perte de temps. De plus les manipulations deviennent vite fastidieuses :
  • archivage du répertoire sur la machine source,
  • copie de l’archive sur la machine intermédiaire,
  • copie de l’archive sur la machine de destination
  • désarchivage sur la machine de destination
De plus si le fichier est assez gros, le temp de transfert (surtout du coté maison) n’est pas négligeable.
Il est évident que je pourrais utiliser un outil de type rsync comme dans le cas du serveur de sauvegarde http://yann.morere.free.fr/article.php3?id_article=74, mais je n’aurais pas de système de gestion de version et ne pourrais pas revenir en arrière.
Subversion (parfois abrégé SVN) est un logiciel informatique de gestion de versionnement semble tout indiqué.
La gestion de version (en anglais revision control) est une activité qui consiste à maintenir l’ensemble des versions d’un logiciel. Essentiellement utilisée dans le domaine de la création de logiciels, elle est surtout concernée par le code source ; mais elle peut être utilisée pour tout type de document informatique.
Subversion est un logiciel de gestion de sources et de contrôle de versions. Ce type de programmes a plusieurs fonctions, notamment :
  • garder un historique des différentes versions des fichiers d’un projet ;
  • permettre le retour à une version antérieure quelconque ;
  • garder un historique des modifications avec leur nature, leur date, leur auteur... ;
  • permettre un accès souple à ces fichiers, en local ou via un réseau ;
  • permettre à des utilisateurs distincts et souvent distants de travailler ensemble sur les mêmes fichiers.
On pourra justifier rapidement le choix de Subversion par les arguments suivants :
  • il est multiplateforme ;
  • il s’agit d’un logiciel libre ;
  • il fonctionne de manière centralisée ;
  • son utilisation et son administration sont plus faciles que CVS ;
  • il supporte plusieurs modes d’accès distants, dont SSH et WebDAV via Apache.
C’est pour cela que je l’utilise pour gérer mes documents rédigés avec LATEX.

3 Subversion

Le site principal de subversion se trouve à l’adresse http://subversion.tigris.org/. La documentation principale se trouve à l’adresse http://svnbook.red-bean.com/. On pourra trouver une bonne présentation de l’utilisation de subversion à l’adresse http://www.crium.univ-metz.fr/docs/devel/svn/, notamment pour l’utilisation des tags.
Subversion est un système de gestion de versions, on commence par créer un dépôt qui va servir à stocker un projet. Une fois ce dépôt créé et rempli des fichiers du projet, chaque personne y ayant accès peut charger le contenu sur son disque local. Ensuite on peut effectuer des opérations telles que modifier des fichiers, en effacer, compiler des sources, sans affecter le contenu du dépôt original.
Un cycle de subversion se déroule comme suit :
  • Créer un dépôt. svnadmin create
  • Importer un projet pour gestion dans le dépôt préalablement créé.svn import
  • Récupérer la copie d’un projet depuis un dépôt. svn checkout
  • Modifier & créer le contenu du projet. svn add, svn copy, svn move, svn delete
  • Consultation des modifications. svn status
  • Soumission des modifications. svn commit
  • Consultation des logs de subversion. svn log
  • Mettre à jour son dépôt local. svn update
Pour connaître les commandes disponibles pour svn.
$ svn help

4 Notions générales

  4.1 Dépôt (repository)

Un dépôt Subversion est l’emplacement central où sont stockées toutes les données relatives aux projets gérés. Le dépôt est accédé via une URL locale ou distante.
Le dépôt contient l’historique des versions des fichiers stockés, les logs enregistrés lors des modifications, les dates et auteurs de ces modifications, etc.
S’il a été configuré comme tel, un dépôt apparaît de l’extérieur comme un système de fichiers composé de répertoires au sein desquels on peut naviguer, lire et écrire selon les permissions accordées. Dans le cas d’une configuration type base de données, la navigation n’est possible qu’à travers d’un outil dédié.
Le tableau 1 résume les différences entre une configuration type « Base de données » et une configuration type ßystème de fichiers".
Caractéristiques Berkeley DB (bdb) FSFS (fsfs)
Sensibilité aux interruptions importante ; les problèmes de crash et de permissions peuvent planter la base, et nécessiter une procédure de restauration. pas sensible.
Utilisable en montage lecture seul non oui
Stockage indépendant de la plate-forme non oui
Utilisable par un système de fichier réseau non oui
Taille du dépôt légèrement plus grand légèrement plus petit
Extensibilité : nombre d’arbres de révision Base de données ; pas de problèmes certains anciens systèmes de fichiers ne peuvent pas gérer plus de quelques milliers d’entrées dans un seul répertoire.
Extensibilité : répertoire avec un grand nombre de fichiers plus lent plus rapide
Rapidité : vérification de mise à jour plus rapide plus lent
Rapidité : révision importante plus lent, mais le travail est terminé commit plus rapide mais les délais de finalisation peuvent déconnecter le client
Support des permissions de groupe sensible aux problèmes d’umask utilisateur ; meilleur si accès par un seul utilisateur. gère les problèmes umask
Maturité du code utilisé depuis 2001 utilisé depuis 2004
Table 1 : Repository Data Store Comparison

  4.2 Projets

Au sein d’un dépôt se trouvent un ou plusieurs projets. À chaque projet correspond en général un répertoire situé à la racine du dépôt et qui contient lui-même les fichiers et dossiers du projet proprement dit.
Il est aussi possible de stocker toutes arborescences dans une base de données de type Berkeley. En fait nous avons la possibilité de stocker soit dans une base de données soit dans une arborescence du système de fichier de manière standard. Avec la version 1.3 de subversion Debian, l’option choisie par défaut est la base de données de type Berkeley.
Exemple d’arborescence :
(dépôt)--+--/svn_for_latex--+--/trunk   (doc LaTeX)
        |                  |
        |                  +--/branches
        |                  |
        |                  +--/tags
        |  
        +--/gestgard-------+--/trunk  (projet php/mysql)
        |                  |
        |                  +--/branches
        |                  |
        |                  +--/tags
        |
        +--/gtkrsynconfig------+--/trunk  (projet gtk+/C)
                               |
                               +--/branches
                               |
                               +--/tags

  4.3 Copie de travail (working copy)

La copie de travail est un répertoire situé en local sur le poste de l’utilisateur et qui contient une copie d’une révision donnée des fichiers du dépôt. C’est cette copie qui sert de base de travail et qui est modifiée en local avant d’être importée (sauvegardée) vers le dépôt.

  4.4 Révisions

Chaque modification faite au dépôt constitue une révision. Le numéro de révision commence à 1 et augmente de 1 à chaque opération. Sa valeur n’a aucune importance, mais c’est un indicateur qui permet de revenir à une version donnée d’un ou plusieurs fichiers.

  4.5 Opérations

4.5.1 checkout

Le checkout est l’opération qui consiste à récupérer pour la première fois les fichiers déjà existant au sein d’un projet du dépôt. Cette opération ne se fait en général qu’une fois par projet.
Le résultat est une copie de travail.

4.5.2 import

L’import est l’opération inverse du checkout. Elle consiste à placer dans le dépôt des fichiers locaux déjà existants pour y créer un nouveau projet. Cette opération ne se fait en général qu’une fois par projet.

4.5.3 update

L’update consiste à synchroniser la copie de travail locale avec le dépôt en récupérant la dernière version des fichiers du dépôt.
C’est à cette occasion que des conflits de version peuvent apparaître.

4.5.4 commit

Un commit est l’opération inverse d’un update. Elle consiste à mettre à jour le dépôt à partir de la copie de travail locale. Une nouvelle révision est alors créée. Un log (simple message texte contenant une description des modifications effectuées) doit être saisi à cette occasion. À noter que pour qu’un commit soit possible, il faut que la copie de travail corresponde à la dernière version du dépôt (modifications locales exceptées). Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’effectuer d’abord un update et de résoudre les conflits éventuels avant de réessayer le commit.

5 Installation sur Debian

Pour installer subversion et quelques outils associés.
$ aptitude install subversion subversion-tools

Pour utiliser subversion via le web, il existe un module apache2 qui permet d’utiliser subversion. Il y a aussi des logiciels pour voir les dépôts en ligne tel que ViewSVN ou websvn.

$ aptitude install libapache2-svn
Le module est chargé dans /etc/apache2/mods-enabled/dav_svn.conf. Il faut modifier la configuration du module de subversion pour qu’il corresponde à vos besoin.
Dans mon cas, ce dernier est inutile, car je n’ai pas de serveur Apache sur la machine du dépôt.

6 Installation sur Gentoo

# emerge svn
Quelques logiciels de gestion en mode graphiques, dont esvn, rapidsvn.
$ aptitude install esvn rapidsvn

7 Principales commande de svn

Commande Signification
add Déclare l’ajout d’une nouvelle ressource pour le prochain commit
blame Permet de savoir quel contributeur a soumis les lignes d’un fichier
checkout (co) Récupère en local une révision ainsi que ses méta-données depuis le dépôt
cleanup Nettoie la copie locale pour la remettre dans un état stable
commit (ci) Enregistre les modifications locales dans le dépôt créant ainsi une nouvelle révision
copy Copie des ressources à un autre emplacement (localement ou dans le dépôt)
delete Déclare la suppression d’une ressource existante pour le prochain commit (ou supprime directement une ressource du dépôt
diff Calcule la différence entre deux révisions (permet de créer un patch à appliquer sur une copie locale)
export Récupère une version sans méta-données depuis le dépôt ou la copie locale
import Envoie une arborescence locale vers le dépôt
info Donne les informations sur l’origine de la copie locale
log Donne les messages de commit d’une ressource
merge Calcule la différence entre deux versions et applique cette différence à la copie locale
move Déclare le déplacement d’une ressource
resolved Permet de déclarer un conflit de modifications comme résolu
revert Revient à une révision donnée d’une ressource. Les modifications locales sont écrasées.
status Indique les changements qui ont été effectués
update (up) Met à jour la copie locale existante depuis la dernière révision disponible sur le dépôt

8 Gestion d’un projet/document LATEX

  8.1 Création du dépôt (repository)

Avant de commencer il faut fournir à svn l’endroit ou il va déposer tous ses fichiers pour fonctionner. Pour cela un simple dossier de l’arborescence suffit. On va pouvoir par exemple utiliser un répertoire de son HOME.
On ne crée qu’un seul dépôt, et on y placera tous les projets (LATEX ou autres).
Pour créer un dépôt sur une machine.
$ svnadmin create dossier/sousDossier/depot
Par défaut avec la version 1.3 de subversion de la distribution Debian, la structure du dépôt sera une base de données de type Berkeley. Si vous désirez utiliser une arborescence de fichier, il faut l’indiquer à la création du dépôt grâce à l’option —fs-type
Plus d’information sur cet option à l’adresse http://svnbook.red-bean.com/nightly/en/svn.reposadmin.html\#svn.reposadmin.basics.backends
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svnadmin help create
create: usage : svnadmin create CHEMIN_DÉPÔT

Crée un nouveau dépôt vide à CHEMIN_DÉPÔT.

Options valides:
 --bdb-txn-nosync         : désactive fsync aux propagations de transactions [Berkeley DB]
 --bdb-log-keep           : désactive la suppression automatique des fichiers du journal [Berkeley DB]
 --config-dir ARG         : lit les fichiers de configuration utilisateur dans le répertoire ARG
 --fs-type ARG            : type de dépôt : 'fsfs' (défaut) ou 'bdb'

yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $
$ svnadmin create --fs-type fsfs dossier/sousDossier/depot
Dans mon cas je me suis connecté via ssh sur la machine et j’ai créé le dépôt comme suit pour un stockage dans une base de données :
svnadmin create /home/yann/stockage/svn_repository/

  8.2 Préparation/importation des projets/documents dans svn

Avant d’importer un projet dans svn, il est conseillé d’organiser le répertoire du projet comme suit :
trunk/ pour le code de travail
branches/ pour déployer de nouvelles branches de travail / test
tags/ pour identifier du code distribué
Les notions de tronc, de branches et de tags sont assez spécifiques aux logiciels de contrôle de versions. C’est ce qui explique que les arborescences des répertoires de projet contiennent souvent comme premier niveau de sous-répertoires les dossiers trunk, branches et tags. En général, on définit par « tronc » la version centrale du programme, le développement principal öfficiel". Une « branche » est en général créée lorsqu’un développement ßecondaire« est mis en route, que ce soit pour ajouter une nouvelle fonctionnalité ou parce que certains développeurs souhaitent essayer de prendre une autre direction pour certains aspects du développement. Une branche peut, au bout d’un certain temps, soit être à nouveau fusionnée dans le »tronc", soit disparaître, soit donner lieu à un nouveau programme. La notion de tags correspond en partie à celle de release, c’est à dire de marquage d’une certaine révision du projet comme composant une version du projet. Une fois que le développement a atteint une certaine stabilité, on pourra par exemple créer un tag pour marquer la sortie de la version 1.0. Ceci permettra de revenir facilement à cette version, indépendamment du numéro de révision sous-jacent correspondant. Nous n’entrerons pas dans le détail de ces concepts et commandes ici, mais on peut juste citer que la création de branches ou de tags ne sont en fait que des copies créées par la commande svn copy. La commande svn switch, elle, permet de faire passer la copie de travail d’une branche à une autre.
Il est donc possible de les créer en local, puis d’importer le répertoire du projet, oubien de créer les répertoires trunk, branches, tags dans le dépôt et ensuite d’y importer juste le code de developpement du projet.
J’utiliserai le premier cas :
$ mkdir projet/trunk projet/tags projet/branches
Ensuite il suffit d’importer le projet dans le dépôt. Pour cela on dispose de plusieurs moyens de connexion. Les protocoles disponibles avec Subversion sont les suivants :
  • file :// : pour un dépôt sur un disque local
  • svn :// : pour un dépôt distant avec un serveur Subversion dont l’authentification est gérée par Subversion.
  • svn+ssh :// : pour un dépôt distant avec un serveur Subversion dont l’authentification est gérée par ssh.
  • http:// : pour un dépôt distant avec un serveur web.
Pour importer un projet dans le dépôt.
$ svn import /projet/ file:///chemin_absolu/vers/depot -m "Premier import"
Dans mon cas, j’utiliserais le protocole svn+ssh :
svn import ~/latex/graoulug/svn_for_latex
svn+ssh://login@machine/home/yann/stockage/svn_repository/svn_for_latex
-m "Import initial Doc LaTeX subversion pour LaTeX"

A cet instant la machine du dépôt me demande le mot de passe pour autoriser l’action.

Si vous ne spécifiez pas l’option -m, vim va s’ouvrir pour que vous puissiez mettre une description de l’action. Il faut aussi faire attention de bien mettre le chemin absolu vers le dépôt, sinon l’importation ne fonctionnera pas.

  8.3 Création de la copie de travail

Pour récupérer la base, d’un projet du dépôt local, dans un dossier du système. La commande cd nous place dans le répertoire racine de l’utilisateur courant.
$ cd
$ mkdir monSVN/projet
$ svn checkout file:///dossier/sousDossier/depot/ monSVN/projet
Checkout avec svn+ssh.
$ svn checkout svn+ssh://machine/dossier/depot monSVN/projet
commit
Dans mon cas, je vais utiliser svn+ssh et ne rapatrier que le répertoire trunk :
$ svn checkout
svn+ssh://login@machine/home/yann/stockage/svn_repository/svn_for_latex/trunk
svn_for_latex
J’ai maintenant une copie locale du projet/document.

  8.4 Ajout d’un fichier au projet

Cela se fait très simplement avec la commande svn add fichier
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ ls
images             svn_for_latex.dvi  ~svn_for_latex.tex  svn_for_latex.toc
svn_for_latex.aux  svn_for_latex.log  svn_for_latex.tex
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn add svn_for_latex.dvi
A  (bin)  svn_for_latex.dvi
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

  8.5 Mise à jour du dépôt (révision)

Cela se fait très simplement avec la commande svn commit -m « description »
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn commit -m "ajout fichier dvi"
Password:
Ajout   (bin)  svn_for_latex.dvi
Envoi          svn_for_latex.tex
Transmission des données ..
Révision 34 propagée.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

  8.6 Effacement de fichier

Cela se fait très simplement avec la commande svn delete fichier/répertoire
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn delete svn_for_latex.dvi
D         svn_for_latex.dvi
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn commit -m "effacement fichier dvi"
Password:
Suppression    svn_for_latex.dvi
Envoi          svn_for_latex.tex
Transmission des données .
Révision 35 propagée.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

Effacement d’un projet :

svn delete -m "effacement mon_projet" svn+ssh://login@machine/chemin/vers/projet/svn_repository/projet

  8.7 Exclusion des fichiers inutiles

Dans le cadre d’une utilisation de svn et LATEX, il est évident qu’il n’est pas nécessaire de stocker sur le dépôt les fichiers temporaires de travail. Il en est de même pour les fichiers objets et exécutables dans le cadre d’un projet informatique.
Ceci est surtout valable losqu’on veut, par exemple, importer dans le dépôt un projet/document qui est déjà bien avancé et qui possède de nombreux fichiers de travail temporaires.
Pour cela il est possible d’informer subversion des fichiers à exclure du dépôt.
Je vais prendre l’exemple d’un document LATEX. Je travaille actuellement sur l’article suivant, et je désire l’intégrer à subversion.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ ls
images             svn_for_latex.dvi  ~svn_for_latex.tex  svn_for_latex.toc
svn_for_latex.aux  svn_for_latex.log  svn_for_latex.tex
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

Il est évident que les fichiers svn_for_latex.aux, svn_for_latex.log, svn_for_latex.dvi et svn_for_latex.toc, générés par une compilation latex, n’ont pas besoin d’être stockés dans le dépôt subversion.

On va donc utiliser la commande propedit et la propriété svn:ignore sur le répertoire courant.
Celle-ci permet de notifier à svn les fichiers à exclure lors d’une révision, ou d’un import.
Plus d’informations à l’adresse http://svnbook.red-bean.com/nightly/en/svn-book.html\#svn.advanced.props.special.ignore.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn help propedit propedit (pedit, pe): Édite une propriété d'une entrée avec un éditeur externe.
usage : 1. propedit PROPNOM CHEMIN...
       2. propedit PROPNOM --revprop -r REV [CIBLE]

 1. Édite une propriété versionnée de la copie de travail.
 2. Édite une propriété non versionnée d'une révision du dépôt.
    CIBLE détermine seulement le dépôt concerné.

Options valides:
 -r [--revision] ARG      : ARG (certaines commandes acceptent également une ét endue ARG1:ARG2)
                    L'argument d'une révision peut être :
                      NUMÉRO       numéro de la révision
                      "{" DATE "}" révision disponible à cette date
                      "HEAD"       dernière révision du dépôt
                      "BASE"       rév. de base de la copie de travail
                      "COMMITTED"  dernière propagation à ou avant BASE
                      "PREV"       révision juste avant COMMITTED
 --revprop                : opère sur la propriéte de révision (utiliser avec - r)
 --username ARG           : précise le nom d'utilisateur ARG
 --password ARG           : précise le mot de passe ARG
 --no-auth-cache          : ne conserve pas les éléments d'authentification
 --non-interactive        : pas de demande interactive
 --encoding ARG           : interprète les caractères comme encodés en ARG
 --editor-cmd ARG         : utilise ARG comme éditeur externe
 --force                  : force l'exécution de l'opération
 --config-dir ARG         : lit les fichiers de configuration utilisateur dans le répertoire ARG

yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

La commande suivante permet de configurer la liste des fichiers à exclure pour le projet courant (il faut bien sur être dans le répertoire du projet) :

svn propedit svn:ignore .

Un VI est alors ouvert dans votre terminal. Il faut alors saisir la liste des fichiers/expressions (patterns). Voici ce que j’ai mis pour mes documents LATEX.

*.toc
*.log
*.out
*.aux
*.lot
*.lof
*.blg
*.bbl
*.odt
*.dvi
*.ps
*.pdf

Comme cela, seules les sources et images eps seront déposées.

Il est possible d’y indiquer des répertoires, ce qui permet d’exclure rapidement une partie de l’arborescence du projet (fichiers de travail, test etc...)
Dans le cas ou vous avez, comme moi, importé le projet avant de connaître la commande svn propedit, il est nécessaire d’effacer les fichiers à exclure du dépôt.
svn delete *.aux *.log *. aux *.lot *.lof *.blg *.bbl *.odt *.tns *.dvi *.ps *.pdf

puis faire un commit

svn commit -m "effacement fichiers inutiles"
Maintenant, où que vous soyez (travail ou maison), un simple svn update vous permet d’avoir toujours la dernière version de vos documents/projets. Bien sur, il ne faut pas oublier de faire un svn commit avant de quitter son poste.

  8.8 Information sur la copie de travail

Si vous désirez voir un aperçu de vos modification, utilisez la comamnde svn status.
Si vous utilisez la commande svn status à la racine de votre projet sans arguments, elle va détecter toutes les modifications (fichiers et arborescence) que vous avez faites.
Le format de sortie de la commande svn status comporte 6 colonnes de caractères suivis d’espaces et d’un nom de fichier ou répertoire. La première colonne renseigne l’état d’un fichier/répertoire et/ou son contenu. L’information est codée de la manière suivante
Lettre Signification
A The file, directory, or symbolic link item has been scheduled for addition into the repository.
C The file item is in a state of conflict. That is, changes received from the server during an update overlap with local changes that you have in your working copy. You must resolve this conflict before committing your changes to the repository.
D The file, directory, or symbolic link item has been scheduled for deletion from the repository.
M The contents of the file item have been modified.
G The contents of the files (repository and local copy) have been merged during the update.
Table 2 : Signification du codage SVN
svn status possède aussi une commande « verbeuse » par l’intermèdiaire du commutateur -verbose (-v)
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn status -v                  
?                                       ~svn_for_latex.tex
             169      150 yann         .
             169       31 yann         images
             169       31 yann         images/reseau.dia
             169       31 yann         images/reseau.eps
M             169      150 yann         svn_for_latex.tex
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $
Dans mon cas, le  ? signifie qu’il s’agit d’un fichier non pris en compte par svn.
Si vous donnez un chamin spécifique à la comamnde svn status, vous obtenez l’information relative à cet unique item.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn status
?      ~svn_for_latex.tex
M      svn_for_latex.tex
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn status svn_for_latex.tex
M      svn_for_latex.tex
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $
Il existe aussi l’option -show-updates (-u), qui contacte le dépôt svn et ajoute les informations à propos des choses périmées.
$ svn status -u -v
M      *        44        23    sally     README
M               44        20    harry     bar.c
      *        44        35    harry     stuff/trout.c
D               44        19    ira       stuff/fish.c
A                0         ?     ?        stuff/things/bloo.h
Status against revision:   46
Notez les 2 asterisks (*) : En fait si vous deviez lancer un svn update à ce point, les fichiers modifiés seraient README et trout.c.
Examiner en détal les modifications, on utilise la commande svn diff. De plus cette commande formate la sortie d’une manière unifiée diff qui permet d’utiliser directement cetet sortie par le programme patch.
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $ svn diff svn_for_latex.tex
Index: svn_for_latex.tex
===================================================================
--- svn_for_latex.tex   (révision 170)
+++ svn_for_latex.tex   (copie de travail)
@@ -655,6 +655,22 @@
M      svn_for_latex.tex
test
+
+Notez les 2 asterisks (*): En fait si vous deviez lancer un \texttt{svn update} à ce point, les fichiers modifiés seraient \texttt{README} et \texttt{trout.c}.
+
+Examiner en détal les modificationsAnother way to examine your changes is with the svn diff command. You can find out exactly how you've modified things by running svn diff with no arguments, which prints out file changes in unified diff format:
+
Maintenant, où que vous soyez (travail ou maison), un simple \verb#svn update# vous permet d'avoir toujours la dernière version de vos documents/projets. Bien sur, il ne faut pas oublier de faire un \verb#svn commit# avant de quitter son poste.

\section{Gestion des utilisateurs}
yann@biboo ~/latex/graoulug/svn_for_latex $

  8.9 Revenir en arrière

Si des modifications ne sont pas correctes, il est possible de revenir à une version précédente à l’aide de la commande svn revert. Ceci est aussi valable pour l’effacement accidentel d’un fichier.
Maintenant, où que vous soyez (travail ou maison), un simple svn update vous permet d’avoir toujours la dernière version de vos documents/projets. Bien sur, il ne faut pas oublier de faire un svn commit avant de quitter son poste.

  8.10 Résoudre les conflits de la copie de travail après une mise à jour

La commande svn status -u peut prédire les conflits. Par exemple voici le résultat de votre commande svn update :
$ svn update
U  INSTALL
G  README
C  bar.c
Updated to revision 46.
Les fichiers marqués U et G ne sont pas concernés. Ces fichiers sont traités convenablement par le dépôt. Les fichiers marqués d’un U ne contenait pas de modification locale et ont été mis à jour avec les modifications du dépôt. La lettre G signifie merGed (fusionné, mélangé), ce qui signifie que le fichier local possédait desz modification, mais que les modifications qui venaient du dépôt ne rentraient pas en conflit avec les modifications locales.
Par contre la lettre C représente un conflit. Cela signifie que des changements sur le dépôt rentrent en conflit avec les votres. Il va falloir choisir manuellement les modifications à apporter.
Quand un conflit apparaît, il y a 3 choses qui peuvent vous aider à résoudre le conflit :
  • Subversion affiche un C pendant la mise à jour, et se souvient que ce fichier est en conflit.
  • Si Subversion considère que les fichiers peuvent être fusionnés il place des chaînes de marqueurs de conflit (chaîne texte) pour délimiter et mettre en valeur les zones de conflit.
  • Pour chaque fichier en conflit, Subversion place 3 fichiers supplémentaires non versionnés sur votre copie de travail :
    • filename.mine Il s’agit de votre fichier identique à votre copie de travail avant la mie à jour, sans marqueurs de conflit. Ce fichier possède seulement vos dernières modifications. (Si les fichiers sont considérés comme fusionnables, ce fichier mime n’est pas créé.)
    • filename.rOLDREV Il s’agit du fichier de révision (BASE revision) avant la mise à jour de votre copie de travail. C’est à dire la dernière révision avant vos modifications.
    • filename.rNEWREV C’est le fichier reçu du dépôt par votre client subversion lors de la dernière mise à jour. Ce fichier correspond à la dernière révision du dépôt (HEAD revision).
    Ici OLDREV est le numéro de révision du fichier dans votre répertoire .svn etNEWREV, le numéro de révision de la tête (HEAD) du dépôt.

  8.11 Création d’une « release » d’un document

Lorsque vous avez bien travaillé et que vous considérez que votre document est fini (du moins à ce moment précis), il peut être intéressant de créer une archive « release » du document sans l’architecture svn (les répertoires .svn cachés dans l’arborescence).
Bien sur ce type de manipulation est bien plus utilisée dans le cadre d’un projet de programmation. Mais cela peut être utile dans le cas d’un manuel d’utilisation que vous mettez sans cesse à jour et pour lequel vous proposez des versions à télécharger.
La commande svn export va nous permettre de réaliser cela.
Crée une copie non versionnée d'une arborescence.
usage : 1. export [-r REV] URL[@PEGREV] [CHEMIN]
       2. export [-r REV] CHEMIN1[@PEGREV] [CHEMIN2]

 1. Exporte une arborescence propre à partir du dépét URL, à la révision
    REV si précisée ou HEAD sinon, vers CHEMIN. Si CHEMIN n'est pas donné
    le dernier composant de l'URL est pris comme nom de répertoire local.

 2. Exporte une arborescence propre à partir de la copie de travail
    CHEMIN1 à la révision REV si précisée ou WORKING sinon, vers CHEMIN2.
    Si CHEMIN2 est omis, le dernier composant de CHEMIN1 est utilisé
    comme nom de répertoire local. Si REV n'est pas précisé, toutes les
    modifications locales sont conservées. Les fichiers hors du
    gestionnaire de version ne sont pas copiés.
Nous allons donc créer dans un répertoire un copie non versionnée (mais avec le choix de de la version). Ensuite on pourra créer un tarball de ce répertoire pour diffusion.
$ svn export svn+ssh://login@machine/home/yann/stockage/svn_repository/mon_projet projet_0.1
$ tar czf projet_0.1.tar.gz projet_0.1
Et voila voici une release de votre projet que vous pouvez diffuser.

Supprimer un projet complet dans le svn

svn delete -m "suppression du projet mon_projet" http://serveur/svn/mon_projet

9 Gestion des utilisateurs

Cette partie reprend le tutoriel très vbien fait disponible à l’adresse http://jay.bertrand.free.fr/blog/index.php?url=archives/27-Installer-Subversion-sous-Debian.html
La toute première chose à faire est de créer un nouveau repository (un endroit spécifique où seront stockées les données). On utilise pour cela la commande d’administration svnadmin.
# man svnadmin
# mkdir /var/lib/svn
# svnadmin create --fs-type fsfs /var/lib/svn
# ls /var/lib/svn
README.txt  conf  dav  db  format  hooks  locks
La commande svnadmin create lance la création des structures nécessaires au repository dans le répertoire /var/lib/svn. L’option -fs-type permet de créer le repository au format ’FSFS’, un nouveau système de fichier propre à subversion plus performant que les bases de données BDB. Bon, on a un repository. Tentons d’y ajouter des choses.
# su simpleutilisateur
# cd; mkdir test; echo 'ceci est un test' > test/test.txt
# svn import test file:///var/lib/svn/test
svn: Can't create directory '/var/lib/svn/db/transactions/0-1.txn': Permission denied
svn: Your commit message was left in a temporary file:
svn:    'svn-commit.tmp'
C’est tout à fait normal. le propriétaire des fichiers est root ! Et comme on utilise le protocole ’file ://’ de subversion, on utilise par conséquence le système de permission sur les fichiers de linux. Ici, on a rwx pour root et r_x pour les autres donc mon simpleutilisateur ne peut pas écrire dans le repository.
# ls -al /var/lib/svn
total 36
drwxr-xr-x   7 root root 4096 Oct 25 12:04 .
drwxr-xr-x  16 root root 4096 Oct 20 14:34 ..
-rw-r--r--   1 root root  379 Oct 25 12:04 README.txt
drwxr-xr-x   2 root root 4096 Oct 25 12:04 conf
drwxr-xr-x   2 root root 4096 Oct 25 12:04 dav
drwxr-sr-x   5 root root 4096 Oct 25 12:04 db
-r--r--r--   1 root root    2 Oct 25 12:04 format
drwxr-xr-x   2 root root 4096 Oct 25 12:04 hooks
drwxr-xr-x   2 root root 4096 Oct 25 12:04 locks

Pour remédier à cela, on va créer un utilisateur et un groupe dédiés à svn et leur affecter le repository.

# addgroup svn
Adding group `svn' (1000)...
Done.
# adduser --no-create-home --system --ingroup svn svn
Adding system user `svn'...
Adding new user `svn' (103) with group `svn'.
Not creating home directory.
# chown -R svn.svn /var/lib/svn
# chmod -R g+w /var/lib/svn

Cette commande indique que tous les membres du groupe ont les droit d’écriture sur l’arborescence svn.

# ls -al /var/lib/svn
drwxrwxr-x   7 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 .
drwxr-xr-x  16 root root 4096 Oct 20 14:34 ..
-rw-rw-r--   1 svn  svn   379 Oct 25 12:04 README.txt
drwxrwxr-x   2 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 conf
drwxrwxr-x   2 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 dav
drwxrwsr-x   5 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 db
-r--rw-r--   1 svn  svn     2 Oct 25 12:04 format
drwxrwxr-x   2 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 hooks
drwxrwxr-x   2 svn  svn  4096 Oct 25 12:04 locks
Maintenant, l’utilisateur et/ou le groupe svn peuvent accéder au repository. Démonstration.
# adduser simpleutilisateur svn

Cette commande permet d’ajouter un utilisateur à un groupe.

# su simpleutilisateur
# cd ~
# svn import test file:///var/lib/svn/test
Skipped 'test/.svn'
Adding         test/test.txt

Committed revision 1.

Tout utilisateur appartenant au groupe svn peut désormais accéder au repository en local depuis la machine.

Mais tout cela reste faisable dans le cadre de l’utilisation de ssh comme précédemment.

10 Gestion de droits des groupes et projets

Tout cela est très bien, mais dans notre cas, pour l’instant, tous les utilisateurs qui se trouvent dans le groupe svn ont accès à tous les projets stockés dans le dépôt.
Cela n’est pas forcément une bonne chose, et il faudrait créer des groupes d’utilisateurs et donner des droits à ces groupes/utilisateurs sur certains projets. Tout cecien conservant notre accès via ssh.

  10.1 Configuration de svnserve.conf

Pour cela nous allons configurer notre dépot grâce aux fichiers svnserve.conf et authz qui se trouvent dans le répertoire conf à la racine de votre dépot.
Pour plus d’information sur la configuration du fichier svnserve.conf je vous renvoie à la page http://svnbook.red-bean.com/en/1.4/svn-book.html#svn.serverconfig.svnserve.auth qui donne tous les détails.
[general]
anon-access = none #ne donne aucun droits aux personnes non authentifiées
auth-access = write #donne les droits lecture/ecriture aux personnes authentifiées

# la suite est inutile dans notre cas, cas c'est ssh qui s'occupe de l'autentification
password-db = passwd #les mots de passe des utilisateurs sont stockés dans le fichier conf/passwd

#la gestion des autorisation est stockée dans le fichier  conf/authz
authz-db = authz

  10.2 Configuration de authz

Il convient alors de créer un compte pour chaque utilisateur (accès ssh) et de remplir le fichier conf/authz pour gérer les droits d’accès. Voici un exemple de fichier authz. Pour plus d’information sur la configuration je vous renvoi à l’adresse http://svnbook.red-bean.com/en/1.4/svn-book.html#svn.serverconfig.pathbasedauthz.
[groups]
group_admin = yann #création d'un groupe administrateurs
group_these = yann, regis

[/]
#@group_admin = rw #on donne tous les droits sur tout le dépot aux admins
yann = rw # on donne tous les droits à l'utilisateur yann
* =  # aucun droit pour les autres

[/these_regis]
@group_these = rw # on donne tous les droits
* = # aucun droit pour les autres
voila, c’est un exemple minimal mais qui fonctionne.

10 Ce que cet article ne traite pas

  • La gestion des droits et des autorisations
  • La visualisation graphique du dépôt
  • L’utilisation de svn revert

11 Conclusion

C’en est fini de cet article, toutes remarques et corrections sont les bienvenues à l’adresse morere@univ-metz.fr

Météo

Metz, 57, France

Conditions météo à 23h00
par weather.com®

Clair de lune voilé

17°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 9 km/h - nord-est
  • Pression : 992 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 24 mai
par weather.com®

Inconnu

Max 17°C
Min 11°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 25 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 25°C
Min 12°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 16 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 mai
par weather.com®

Soleil

Max 27°C
Min 13°C


Soleil
  • Vent : 19 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Soleil

Max 31°C
Min 16°C


Soleil
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 32°C
Min 18°C


Soleil voilé
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 16°C


Soleil voilé
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Averses

Max 23°C
Min 13°C


Averses
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<< Prévisions


Brèves

25 février 2011 - Scilab : Application GUI

Application GUI dans Scilab : Étude des systèmes automatiques. Systèmes Linéaires

9 janvier 2011 - Modèle 3D dans Scilab

Afficher des patchs dans Scilab à partir de Modèle 3D blender. Modèle 3D dans (...)

2 octobre 2010 - Plugins LDraw pour Blender 2.49

Importez vos modèles LEGO (MLCad et autres) dans blender grâce au plugin d’importation (...)